Candida caséifié - Aspergillus Niger caoutchouteux

Les structures malsaines d'une peau en union ferme avec son Candida caséifieront sous les cataplasmes de WaxArgile. Depuis les premières réfections des pansements (tous les deux jours), on doit gratter sur ces mycoses au moyen d'un petit carton. Les débris caséifiés commencent à se séparer de la peau qui redeviendra progressivement une peau saine. Au début, la peau sera extremement rouge. A certains endroits, il n'y aura plus de peau. Bien entendu, on ne gratte pas dans les plaies. (On ne doit jamais gratter dans les "ulcères de jambe". Ni avec un petit carton, ni avec une curette. Les couches de fibrine à l'intérieur des "ulcères de jambe" partiront grace aux argilages intensifs).

Malheureusement, les débris d'Aspergillus Niger ne se caséifieront pas, mais ils se transformeront en couches caoutchouteuses. La curette sera indispensable. En curetant et en retirant ces couches caoutchouteuses d'Aspergillus Niger, on crée de petites plaies superficielles. Les plantes des pieds redeviennent ultrasensibles. Egalement l'orteil anciennement blessé était redevenu douloureux (ma patiente s'était cognée). Ma patiente n'a plus voulu continuer ses soins (par ma remplaçante) et elle s'est faite hospitaliser vers le 6 octobre 2016. Elle a décidé de changer de prescripteur. Probablement, elle n'a meme pas terminé sa cure de médicaments antifongiques prescrits par son médecin traitant. Pourtant, les "ulcères" étaient sur le point d'etre cicatrisés. Le vrai problème n'était pas les ulcères. Le vrai problème était une immunodépression médicalement entretenuee depuis beaucoup d'années pour son problème d'asthme. En plus, j'ai du interrompre mes soins vers le 3 octobre 2016, à cause de mes 3 semaines de vacances. Ma patiente n'accceptait pas mes remplaçants (ni les remplaçants "blancs", ni les remplaçants "noirs"). En tant qu'infirmier indépendant (ou "libéral"), je ne suis plus tenu à continuer les soins quand la relation de confiance est brisée. La confiance, c'est dans les deux sens. Le 20 octobre 2016, j'ai donc écrit une lettre recommandée à ma patiente pour lui notifier mon incapacité de continuer encore ses soins.