1)     TIME CONSUMING

2)     COMPLICATIONS

3)     L'incompétence de l'infirmière personnelle du patient

4)     LA WAX-ORTHO-COMPRESSION pour les "ulcères de jambe" mycosiques

5)     Définition d'un ulcère de jambe mycosique

6)     Public ciblé par la Wax-Ortho-Compression

7)     Renverser la chronicité des plaies torpides

8)     Fréquence des réfections des pansements et durée des soins (en mois)

9)     Candida vaincu

10)   Dernières précisions

11)   Candida caméléon

12)   Soins palliatifs

 

 

1) time consuming

Le personnel médical et paramédical ne s'intéresse pas trop à cette méthode pour une seule raison: cela prend trop de temps (donc pas assez rentable). Quelques infirmières ont pu sauver les pieds de leur mari diabétique. Une infirmière prépensionnée soigne la jambe d'une de ses amies. Pour le reste, il s'agit surtout de personnes non professionnelles qui s'occupent de leurs proches dans l'espoir de sauver une jambe (ulcères de jambe) ou de rétablir une mauvaise circulation veineuse ou lymphatique (lymphoedème), ou de prévenir une escarre fessière chez une vieille maman. Souvent, il y a déjà une infirmière à domicile qui vient pour les soins d'hygiène (mais qui refuse d'administrer des soins à l'argile).

 

2) complications

Le duo Candida/Aspergillus peut devenir invasif et peut loger en profondeur dans l'ulcère de jambe, ainsi que dans la région péri-ulcéreuse et dans tout le pied. Aspergillus peut même devenir carnivore. Aspergillus peut enflammer le tendon d'Achille (tendinite). A ce moment, il ne faut pas hésiter à utiliser la lampe chinoise. Vous aurez des résultats immédiats que vous n'obtiendrez pas avec les argilages et que vous n'obtiendrez pas avec les médicaments anti-inflammatoires!

La présence (insoupçonnée) de matériel de synthèse. Les argilages de très longues durées feront expulser le matériel de synthèse (par la jambe). C'est un phénomène spectaculaire. La présence de matériel de synthèse (qui aurait dû être retiré) peut être à l'origine d'une dermoépidermite interminable. Jusqu'au moment de l'apparition de ce matériel de synthèse, on n'arrive pas à comprendre la raison des ulcérations et escarres à répétion.

Maladies inconnues et maladies nosocomiales. Par exemple un phénomène de calcifications sous-dermiques infectées à MRSA et Aspergillus Niger. La WaxArgile activera la création (par le propre système immunitaire du corps) de multiples cheminées d'évacuation (émonctoires). Les  néoformations osseuses infectées de taille miniscule, à peine visible, allant à une taille dépassant la grandeur d'une pièce de 2 euros, seront expulsées par le corps. On arrive à les retirer avec une pince, chaque fois que ces petits morceaux "osseux" se révèlent à la surface de la jambe. De très grands cratères se créeront également pour expulser les énormités "calcifiées". La famille de tels patients risque de paniquer en voyant l'aspect horrible de ces plaies. Le médecin traitant expérimenté ne paniquera pas. En cas de complications aiguës (comme un foie malade) une hospitalisation s'impose. Il n'y a qu'une seule clinique en Belgique qui accepte de continuer les argilages.

Les eczémas hépatiques ou microbiens, ou causés par la présence d'un matériel étranger, alourdissent les soins.

Une cicatrisation entravée à cause d'un défaut du matériel génétique (héréditaire). La WaxArgile ne réparera pas le défaut du DNA.

Les traitements immunodépresseurs (chimiques). Le sida. Le diabète. Une insuffisance respiratoire. Une anémie extrême (hémorragies provoquées par un cancer avancé). Les patients en fin de vie. Une sédation par la morfine. Dans tous ces cas, la WaxArgile n'a qu'un effet palliatif. On ne pourra plus espérer en une guérison définitive.

Les érysipèles doivent être évités! Les personnes qui ont déjà été atteintes dans le passé par un érysipèle devraient prendre un traitement préventif au NanoSilver ionisé 10 ppm. Il faut reconnaître les tout premiers signes précurseurs d'une septicémie avant qu'il soit trop tard. Certains patients n'auront aucun signe précurseur. (C'est le coma presque instantané).

L'absence de revascularisation artérielle. Il faut espérer qu'une intervention par un chirurgien vasculaire puisse rétablir la circulation artérielle (pour éviter une amputation). La France est championne pour attendre le tout dernier moment pour opérer avant que c'est définitivement trop tard.

La bactérie carnivore. Une hospitalisation s'impose ! Les patients qui préfèrent se faire soigner par l'argile mourront rapidement.

Les patients déments et agités posent des problèmes insurmontables. La nuit, ils arrivent à se débarrasser de leurs pansements et ils arrivent à abîmer leurs plaies encore davantage. Cela se solde par une septicémie mortelle. (Ensuit, l'hôpital accusera l'argile).

 

3) L'incompétence de l'infirmière personnelle du patient

Toutes les infirmières à domicile n'ont pas le savoir-faire suffisant pour prodiguer des soins de qualité. Je ne parle pas encore des soins spécialisés à la WaxArgile. En plus, ces infirmières n'ont jamais le temps. Une unique démonstration de la technique des argilages compressifs ne suffit pas pour leur apporter le savoir-faire requis. La technique de la "juste compression/contention" doit être montrée à plusieurs reprises.

 

La Wax-Ortho-Compression pour ls "ulcères de jambe" mycosiques

ou

La juste contention veineuse sur substrat cire-argile huileuse pour pertes de substance mycosiques de jambes maltraitées (mal-traitées)

La Wax-Ortho-Compression est une technique révolutionnaire en cicatrisation qui est plus que parfaite pour guérir un grand nombre de pertes de substance mycosiques de jambes maltraitées (mal traitées).

La W.O.C. s'adresse aux patients qui n'ont pas trouvé de guérison durable chez leur médecin ou dermatologue ou phlébologue. La W.O.C. s'adresse à tout patient courageux et à toute patiente courageuse qui veut se soigner malin (si possible de ses propres mains, sinon avec l'aide d'un membre de sa famille). La W.O.C. est un savoir-faire qui doit se transmettre par la démonstration réelle en temps réel (et non part de petits clips vidéo sur un site web). De plus en plus d'infirmières et de kinésithérapeutes commencent à s'intéresser à la W.O.C.

C'est ainsi que quelques soignants (médecins, infirmières et naturopathes) sont venus à Bruxelles et à Liège pour suivre des formations pratiques. Théophiel et Alexandra se déplacent également en France et en Suisse pour transmettre leur savoir-faire. Les patients viennent à Bruxelles pour être formés dans la technique de la W.O.C.

 

5) Définition de l'ulcère de jambe mycosique

L'ulcère de jambe mycosique est une perte de substance au niveau d'une malléole, à cause d'une insuffisance veineuse, qui est ensuite envahie et colonisée par Candida (et/ou Aspergillus Niger), et qui n'a aucune tendance à la cicatrisation du fait que le "soignant" ne fait pas ce qu'il doit faire.

Le patient qui tombe sur un soignant qui reste bien "entre les lignes", risque de diminuer ses chances de guérison. Le patient qui a la chance de tomber sur un soignant "réveillé" par la méthode de la botte argileuse, augmentera ses chances de guérison.

L'ulcère de jambe mycosique est une plaie torpide. Le champignon a réussi à se nicher en profondeur au niveau de l'ulcère et également en surface au niveau de la peau du pied entier. Les plaies sont là depuis 12 mois, 20 mois, 30 ans, 50 ans... N'importe quel dermatologue vous dira que ces plaies sont devenues incurables. Ces "trous" sont donc une bonne rente pour nos spécialistes.

La cause profonde d'un ulcère de jambe mycosique

Avant tout et en premier lieu, un ulcère de jambe est presque toujours causé par une mauvaise circulation sanguine à laquelle on n'a pas vraiment fait attention. Souvent le patient arrive avec son "petit" bobo chez un dermato et ce n'est pas là qu'il aurait dû se rendre. Le dermato prescrira une crème ou une pilule et l'ulcère continuera à creuser. Ainsi, ce patient deviendra un bon "client" pour tout un groupe de médecins, spécialistes et super-spécialistes pour enfin terminer à la clinique d'où il sortira avec son trou encore aggravé. Ensuite, à force d'utiliser de petits traitements palliatifs (antibiotiques, cortisones et fongicides dangereux), la chronicité s'installera. Diagnostic du côté médical: incurable !

Même le cheval de bataille de certaines éminences en dermato-phlébologie, la méthode approuvée de la compression multicouche conservative à l'oxyde de zinc, ne fera qu'aggraver cet énorme "ulcère de jambe" mycosique. Pourquoi? Parce que ces éminences n'ont pas fait ce qu'elles auraient dû faire.

La cause secondaire de chaque ulcère de jambe chronique: la médecine court-circuitée !

La médecine officielle, liée par ses protocoles obsolètes (chères éminences, oubliez un peu ce que vous avez appris à l'école !), est devenue une médecine de non consensus. Les grosses têtes d'une certaine discipline ne veulent plus écouter les grosses têtes d'une autre discipline. C'est le court-circuit de l'orthodoxie. Personne ne sait ce qu'elle doit faire. Trop stressés par leur travail, elles n'ont plus le temps pour s'intéresser aux techniques qui guérissent vraiment (et encore moins de temps pour appliquer ces techniques).

 

6) Public ciblé par la Wax-Ortho-Compression

La W.O.C. s'adresse directement au patient-même. Les patients heureux (guéris) témoignent directement à leur entourage. Certains médecins, infirmiers et pharmaciens et autres témoigneront également. Les différents sites de la WaxArgile sont également un témoignage puissant. La Wax-Ortho-Compression arrive à renverser la chronicité de beaucoup de plaies torpides.

 

7) Renverser la chronicité des plaies torpides

La W.O.C. transformera une inflammation chronique de (très) longue durée (plaies torpides qui creusent) en une inflammation aiguë qui remodèle et qui cicatrise. En 5 à 6 mois, 7 mois au maximum, un Candida bien ancré sera délogé et anéanti. Aspergillus Niger résistera, à moins d'utiliser la WaxArgile élaborée (MycoWax, une WaxArgile enrichie en huile végétale de noix de coco et huile essentielle d'Arbre à Thé).

L'insuffisance artérielle et l'insuffisance veineuse non corrigée sont un obstacle à toute guérison.

 

8) Fréquence des réfections des pansements et durée des soins (en mois)

Les plaies torpides mycosiques dégagent une odeur fétide. Une réfection journalière des pansements est souhaitable et donne aussi les meilleurs résultats. Cela implique un coût important en matériel (WaxArgile, Tubifast, petites bandes élastiques, papier collant (Micropore), les pansements mousse pour protéger le cou-de-pied). Certains patients préfèrent qu'on renouvelle leurs pansements seulement tous les deux jours. Les premiers mois, le renouvellement toutes les 48 heures est assez difficile à supporter le deuxième jour (douleurs et prurit importants). Les premières semaines, l'entièreté du pied deviendra très rouge (rouge écarlate). Les champignons se détachent progressivement et la peau aura sa couleur normale au bout de cinq mois.Les sites très développés en Candida sont blancs et le restent pendant trois à quatre mois. Il s'agit d'une structure candide très résistante qui se caséifiera progressivement. On gratte avec un petit carton pour aider cette structure à se détacher. Une peau saine la remplacera progressivement.

Les parties intimes de l'ulcère malléolaire qui ont fait l'objet de plusieurs essais régénérateurs (mal réussis) dans le passé, pourraient se nécroser. Les "ulcères" malléolaires continueront à creuser jusqu'à ce que toute structure de qualité inférieure (car mal réparée) sera entièrement éliminée. La WaxArgile drainera toutes les impuretés. Dans ce stade, il est important de rester attentif au moindre frisson chez le patient. Les patients qui ont déjà été bombardés par de multiples "cures" d'antibiotiques feraient bien d'utiliser le NanoSilver ionisé 10 ppm (solution bactéricide, fongicide et antivirale qui n'attaque pas les probiotiques). Une complicité thérapeutique entre le patient et son soignant sera indispensable. Les plaies devraient ensuite se réparer et redevenir roses. Une couleur noire persistante pourrait trahir un Aspergillus Niger, qui nécessite des argilages au MycoWax.

 

9) Candida vaincu

Au bout de 5 mois d'argilages à la WaxArgile, la peau enflammée commence à sécher. De fines pellicules se forment et se détachent en dessous du vieux cataplasme. Les orteils et le pied qui étaient toujours un peu enflés commencent à devenir minces et beaux. Le patient sera récompensé pour sa patience. Enfin la preuve que la WaxArgile n'engendra jamais des champignons ! Au contraire, la WaxArgile détruit les champignons. La cicatrisation s'accélère. Le patient ne souffre plus et il ne ressent plus aucune gêne. Notez bien que la compression multicouche doit constamment être maintenue. La compression multicouche maintenue est la seule garantie d'une réussite. Entretemps, la jambe redevenue normale n'aura plus besoin d'une aussi forte contention. La jambe "se rappelle" de nouveau de sa forme idéale (initiale). Grâce à la WaxArgile, les dames pourront bientôt de nouveau frimer avec leurs belles jambes élégantes. Encore quelques semaines de soins, et les pansements multicouches seront remplacés par le (superbe) bas de contention "Ulcertec".

 

10) Dernières précisions

Les patients déments et agités posent des problèmes. La nuit, ils arrivent à se débarrasser de leurs pansements. Ensuite, ils abîment encore plus leur peau et leurs plaies ouvertes. Ainsi, ils ouvrent vraiment la voie à une septicémie mortelle et l'hôpital accusera la méthode de l'argile !

Les cataplasmes journaliers à la WaxArgile détruiront Candida, mais ne détruiront pas Aspergillus. Heureusement, il s'agit de quelques cas extrêmes, pour lesquels il faudra peut-être des mesures extrêmes: les médicaments fongicides. C'est pourquoi une collaboration proche patient - infirmier - médecin traitant est indispensable.

Le cou-de-pied et parfois aussi le tendon d'Achille sont les sites les plus vulnérables, quand les jambes sont constamment soumises à des pressions élevées. Ce n'est pas tellement les pressions de la compression multicouche, ce sont plutôt les mouvements de l'articulation lors de la marche (surtout quand on marche trop avec des chaussures mal adaptées). Pourtant, la marche est indispensable pour une guérison optimale ! Malheureusement, la marche exagérée peut causer des dégâts au niveau du cou-de-pied (pics à 80/90 mmHg de pressions focalisées et intermittentes).

A la moindre petite érosion, on doit se précipiter sur les mousses spéciales (Hydrotac Comfort ou Biatain Soft Hold ou Biatain IBU). On dépose une noix d'Isobetadine crème sur la petite érosion avant de déposer la mousse Hydrotac ou Biatain. Ces plaques sont d'excellents amortisseurs et toutes les petites plaies guériront rapidement. Exceptionnellement, toute la longueur du tibia doit aussi être protégée par ces mousses modernes (jambes ultrasensibles). Les jambes atteintes d'un eczéma (microbien ou hépatique) ne peuvent jamais être couvertes par ces plaques modernes trop occlusives. Si on est quand même séduit par ces plaques dans un tel cas, les conséquences seront désastreuses (eczéma incontrôlable et réaction  d'intolérance hors pair) ! Sur ces peaux ultrasensibles, on déposera une couche plus épaisse de WaxArgile qu'on remplacera en tenant compte de la douleur du patient (1 fois par jour, 1 fois tous les deux jours, 1 fois tous les 4 jours).

Une approche excellente sont les cataplasmes à base de Cica-Oxy, à condition que votre patient les supporte.

En cas de présence de la bactérie carnivore, vous devez envoyer votre patient directement à l'hôpital (ambulance). La WaxArgile ne pourra pas éviter une progression rapide de cette bactérie qui dévorera aussi bien les muscles que les tendons et qui peut se solder par la mort du patient (même si vous renouvellez les cataplasmes de WaxArgile deux fois par 24 heures).

 

Candida caméléon

Candida albicans, Candida champignonnière, Candida carnivore, Candida cancérigène et Candida correcteur.

A force de "trop bien soigner" (en oubliant le plus important: la compression multicouche), on peut forcer Candida à transformer une petite plaie  innocente (au départ) en un carcinome basocellulaire (en brîulant constamment l' "ulcère de jambe" avec un petit bâton de nitrate d'argent. Ensuite, ce petit carcinome basocellulaire (inoffensif), également mal traité (maltraité) peut se solder par la mort du patient par septicémie. Effectivement, une patiente âgée a eu un érysipèle mortel après une chimiothérapie locale par crème chimio prescrite par son dermato pour soigner un petit carcinome basocellulaire à sa jambe (après deux biopsies sanglantes).

 

12) Soins palliatifs

Est-ce que cela résonne bien dans les orelles? Palliatif !! Saviez-vous qu'une grande partie de notre population n' pas la moindre notion de la vraie nature des soins palliatifs? Saviez-vous que certains jeunes y sont mis à mort, simplement parce que la médecine officielle leur a enlevé toute chance de guérison (chimiothérapies multiples: mal traiter - maltraiter). Saviez-vous que la maman d'un tel jeune a lutté jusqu'au bout pour garder son enfant. Bien sûr, la guérison par l'argile d'un cancer invasif ne se fait pas en 3 jours (le délai ridicule qu'on a accordé à un jeune homme dans un service de soins palliatifs à Namur - le 21 février 2016 - avant sa mise à mort).