Un crush syndrome devenu fatal

14-12-2007 (polaroid)...... 17-12-2007 (numérique) (Entre nous: Quelle prestation que de conduire encore avec de tels pieds ulcérant et mycosiques!)

Mi-décembre 2007, un nouveau patient m'appelle pour un problème d'ulcères aux deux jambes. Ce patient a 85 ans et fait chaque semaine le trajet Bruxelles/Gembloux en voiture pour se faire soigner par son spécialiste là-bas. Il fait ce trajet déjà depuis 18 ans. Le résultat dans la patique a été très médiocre! La raison de cette médiocrité n'était pas située au niveau du savoir-faire du dermatologue-phlébologue. Au contraire! Ce patient ne voulait jamais dormir dans un lit. Jour et nuit, il était occupé dans son atelier et il s'endormait sur une chaise.

 

numérique 1-2-2008...... Après 6 semaines de travail, (soins + compression multicouche tous les 3 jours), un beau pied "se dégage"

Au début, ce patient était très méfiant vis-à-vis de son nouvel infirmier (je parle de moi-meme). Une de ses clients (il vendait des produits pour animaux) lui avait dit : "Cet infirmier peut faire des miracles !"

Techniques utilisées :

- Techniques douces de la chirurgie septique (comme appris au CHUV à Lausanne en 1983-1984)

- Isobetadine gel + mousse Biatain AG

- Botte basique (B.A.C.H. basique) avec une compression forte

13-2-2008 (polaroid)...... 13-2-2008 (numérique).... UN CRUSH SYNDROME! Un écrasement surtout du pied droit.

Début février, ce patient a fait une chute dans son atelier et se retrouve "enseveli" par des appareils métalliques très lourds. Immobilisé, la jambe droite pliée en dessous de son corps, il n'arrive plus à téléphoner. C'est à cause du renouvellement des pansements, tous les trois jours, que je l'ai retrouvé.

Les jours suivants, ce patient arrivait encore à faire les transferts en voiturette et je l'ai conduit à l'hopital pour faire des examens. (Plusieurs fois en ambulatoire, parce qu'il ne voulait pas se faire hospitaliser). Quand le verdict est tombé : "AMPUTATION DU PIED DROIT INELUCTABLE", ce patient a refusé l'amputation. Je l'ai reconduit chez lui. Les jours suivant, une polynévrite s'est progressivement installée. Il est devenu totalement grabataire et alité.

Les soins ont pris beaucoup de temps. Des morceaux d'os nécrosés sortaient de l'intérieur du pied, de ses doigts de pied, de son talon et de sa malléole.

rien au monde pourra remplacer les tendons avec nécrose

Des longueurs impressionnantes de morceaux nécrosés de tendon sont sorties de sa jambe.

les plaies ont de la peine à cicatriser

La flèche rouge indique l'utilisation de l'appareil CEM-TECH. Il y aura une cicatrisation accélérée. (Bien sur, les tendons ne sont pas revenus!)

30-4-2008 (polaroid)...... L'avant-pied droit était déjà fermé fin avril 2008. Un autre médecin, un othopédiste, qui a aussi vu ce patient, m'a dit en toute confiance: "Nous pouvons faire ça aussi, mais nous n'avons pas le temps".

Enfin, début janvier 2009, toutes les plaies étaient guéries.

Tout a été soigné avec les mousses de Biatain AG + Isobetadine crème et avec la compression multicouche (forte au début et modérée par la suite). Mon patient a aussi pris les formules "anti-inflammatoire" du programme de médecine cellulaire du Dr. Rath. En plus, il prenait 2 sachets de Immunocal (actuellement c'est le Imocystin) par jour (une NAC). Egalement du MSM en poudre (methylsulfonylméthane) en quantités impressionnantes (comme antidouleur et anti-inflammatoire) et un traitement d'acide caprylique pour ses champignons. Beaucoup de Dafalgan.

En novembre 2008, son frère a voulu s'emparer de son capital au Luxembourg. Cela a provoqué une colère terrible, suivie par une dépression profonde et le refus de se nourrir encore. Une bronchite a donné le coup de grace et mon patient est décédé en janvier 2009.

 

Un mal perforant depuis des années.

On voit le pied le jour juste avant le crush, donc le 1-2-2008. Remarquez le mal perforant.

10 jours après le crush

On est d'accord qu'il est difficile de s'imaginer un pied,, n'est-ce pas?

On découvre déjà un pied ! En plus, un mal perforant fermé. Tout cela après un "Crush Syndrome".

La guérison a été optimale, grace au repos allongé au lit, grace aux formules de la médecine cellulaire du Dr. Rath, grace au MSM per os, grace aux rayons TDP (rayons infrarouge avec une lampe médicale à la céramique), grace aux pansements "mousse Biatain AG - Isobetadine crème" et grace à une détersion méticuleuse.

Pendant toute la période au lit, mon patient avait une botte basique complète avec une compression forte au début et une compression modérée par la suite.

Si j'avais connu la WaxArgile en 2008, je serais passé chaque jour (au début des soins) et ce patient n'aurait pas été écrasé par ses machines pendant 72 heures.

Par contre, la chair a pu recouvrir le talon, grace à l'appareil russe "CEM-TECH". Je ne sais pas si la WaxArgile aurait permis la meme action chez ce patient. Je sais que la VAC peut aussi faire revenir la chair et la peau sur un tibia dénudé par exemple.

Après 18 ans de soins par un dermatologue-phlébologue - le patient ne dormait jamais dans son lit.

La photo montre la malléole externe du meme pied droit, au début des soins en décembre 2007. On voit un paysage de cratères.

Malléole après le crush.

Les dégats de l'écrasement sont importants. Tout a été écrasé. Une épaisseur de 1 cm de nécrose a été débridé finalement, par couches successives. La structure osseuse de la malléole était complètement nécrosée. Elle s'est desséchée et elle est tombée.

La reconstitution complète de la peau.

Crush + triple ostéomyélite

Le 15-9-2008, on aurait cru que l'orteil était guéri. Malheureusement, un gros morceau d'os partiellement nécrosé allait encore etre expulsé. C'est après l'utilisation du cem-tech que l'orteil s'est ouvert pour expulser le morceau d'os.

cem-tech et mycoses