CEM-TECH (appareil russe)

Le CEM-TECH a été développé par des chercheurs et médecins russes.

La philosophie derrière le CEM-TECH est l'autonomie du patient pour ses soins. Le patient apprend à manipuler le CEM-TECH et il arrive à se soigner sans médecin et sans infirmier. Il peut aussi soigner les membres de sa famille. Il est très important de bien connaître l'appareil avant de se lancer.

Le CEM-TECH peut apporter un plus à la pratique d'un médecin. (On n'aura plus besoin de prescrire autant de médicaments).

Le CEM-TECH agît au niveau des ondes millimétriques. Il y a des capsules émettrices qui doivent être placées directement sur la peau. Les capsules permettent aussi de programmer de l'eau potable qui doit être bue et qui continue à agir en émettant les mêmes fréquences des ondes millimétriques émises par les capsules.

Il est impossible de combiner les cataplasmes de Wax-Argile avec les capsules émettrices du CEM-TECH. (L'humidité détruirait les capsules émettrices qui doivent rester en contact direct avec la peau).

Il y a 9 ans, j'ai utilisé le CEM-TECH pour calmer les douleurs insupportables d'un de mes patients (celui qui a subi le crush). L'effet secondaite (inattendu) du CEM-TECH était l'accélération incroyable de la cicatrisation. Un os dénudé d'un talon a été recouvert de chair très rapidement (en 15 jours seulement). Deux séances du CEM-TECH ont suffi.

Le CEM-TECH peut aussi éradiquer un MRSA (en seulement 1 mois de séances journalières).

L'utilisation du CEM-TECH est "time-consuming". Au début, les patients se montrent très intéressés par l'idée de se soigner avec l'appareil CEM-TECH. On explique l'appareil à ses patients et dès qu'ils sont guéris, ils ne veulent plus acheter l'appareil. D'autres patients "partent dans la nature" (avec votre appareil). La gestion de la douleur prend un temps fou: l'appareil doit refaire les calculs des fréquences (changeantes) toutes les 15 minutes. Un infirmier ne peut pas rester avec son patient 24 h sur 24 h.

La lampe chinoise à infrarouge TDP (plaque en argile cuite)

Pendant toute l'année 2008, mon patient a pu profiter de cette lampe pour calmer ses douleurs causées par un crush.

La lampe chinoise est un appareil excellent, mais dangereux. J'ai beaucoup travaillé avec cette lampe chinoise. J'ai eu de très beaux résultats (amputations évitées). On peut laisser son appareil chez un patient, quand on est 100% certain que ce patient respecte la distance entre la lampe et la zone exposée aux rayons infrarouges. Le patient ne peut jamais diriger la lampe chinoise sur sa figure (il deviendrait aveugle en une seule séance).

Un livre allemand donne toutes les explications de cette lampe. Ce livre est un album de photos qui montre toutes les positions par rapport aux différentes pathologies. Il suffit de se munir d'un dictionaire français/allemand et vous comprendrez tout.

 

 

 

Voici un diaporama (2007-2008) d'une patiente avec une artérite sévère, programmée pour l'amputation de pusieurs orteils. On m'a demandé des soins "palliatifs" à l'isobetadine. J'ai suivi la prescription du médecin. J'ai quand-même utilisé la lampe TDP. Voyons. Donc pour résumer:

Une pathologie artérioveineuse (jambes très oedémateuses) chez une fumeuse acharnée. Un orteil avait déjà été coupé. Plusieurs autres autres orteils étaient programmés pour être amputés. Mon approche:

1) bain de pied à l'isobetadine dermique pendant 10 minutes (dans de l'eau tiède)

2) une demi-heure de lampe chinoise, distance 35 cm (c'était ma petite lampe de table que j'ai finalement aussi "perdue" à une autre patiente), 7 jours de suite, 3 jours sans lampe, de nouveau 7 jours de suite, 3 jours sans lampe et ainsi de suite (je n'ai même pas suivi le vrai protocole, parce qu'il fallait aussi passer des rayons infrarouge sur le bas du dos)

3) crème isobetadine+++ et compresses Melolin: ces compresses ouatées d'un côté sont absorbantes et elles maintiennent l'humidité de la crème grâce à un film spécial de l'autre côté de la compresse (les pharmacies françaises ne vendent pas les compresses Melolin)

4) compression multicouche contre l'avis du chirurgien vasculaire: n'oubliez pas qu'il ne s'agissait pas seulement d'une pathologie artérielle, mais que cette pathologie artérielle était alourdie par un non-retour veineux ! (De toute façon, je n'ai pas demandé l'avis du chirurgien vasculaire et j'ai agi selon le protocole du Dr. Marc Etienne, dermatologue-phlébologue). Il n'y avait quand-meme plus rien à espérer! Quand le chirurgien vasculaire a revu sa patiente en consultation (je l'avais accompagnée), il a quand-même exprimé son émerveillement: "La Nature est incroyable, toutes mes interventions de chirurgie "réparatrice" dans le passé n'avaient strictement servi à rien!"

Après avoir "déballé" la jambe, j'ai aussitôt remis la compression multicouche. Ce chirurgien vasculaire n'a pas réagi.

Visionnez la suite du diaporama sur le lien: www.theophiel.be/434949939

 

 

13 octobre 2007

pour couper, la patiente avait déjà perdu un orteil

15 octobre 2007

après 2 fois une demi-heure de lampe à infrarouge TDP (lampe chinoise)

2 novembre 2007

2 novembre 2007

2 novembre 2007